Tableaux Diagrammes
 

Accueil Remonter Livres et CD Téléchargements Boutique Radio GIROLLE Autres sites Contact Plan du site

 

La Hiérarchie
Constitution occulte
Science de la méditation
Lotus egoïque
Lotus egoïque et centres
Les centres
Atome permanent
Parabrahm
Evolution d'un Logos
Les trois croix
l'Homme et le Zodiaque
Rayons et constellations

 

LES QUATRE NOBLES VERITES

a) L'existence dans l'univers phénoménal est inséparable de la souffrance et du chagrin.

b) La cause de la souffrance est le désir d'existence dans l'univers phénoménal.

c) La cessation de la souffrance est atteinte par l'élimination du désir d'existence phénoménale.

d) Le sentier conduisant à la cessation de la souffrance est le noble sentier octuple.

LE SENTIER OCTUPLE OU LES HUIT MOYENS

  • I Les commandements

    • Cinq commandements : le devoir universel

- L'innocuité - ne pas tuer
- La vérité - ne pas mentir
- L'abstention de vol - ne pas voler
- L'abstention d'incontinence - pas d'adultère
- L'abstention d'avarice - pas de convoitise

 

  • II Les régles

    • Cinq règles : les règles d'auto-entraînement

- La purification - pas d'idole
- Le contentement - pas de parole vaine
- L'aspiration ardente - adorer Dieu seul
- La lecture spirituelle - observer le sabbat
- La dévotion - honorer parent

 

  • III La posture

    • Une attitude calme en face du monde

    • Les yogas

  • IV Le contrôle correct de la force vitale

    • Pranayama... loi d'existence rythmique.

  • V Le transfert

    • Abstraction...retrait du désir

  • VI L'attention

    • Orientation appropriée

  • VII La méditation

    • Juste utilisation du mental

  • VIII La contemplation

    • Résultat

LES SIX REGLES DU SENTIER

  1. La Route est foulée dans la pleine lumière du jour projetée sur le Sentier par ceux qui connaissent et conduisent. Rien alors ne peut être caché et, à chaque tournant, l'homme doit faire face à lui-même.

2. Sur la Route, ce qui est caché est révélé. Chacun voit et connaît la vilenie des autres. ( cet ancien mot désigne bien la stupidité, la bassesse, la grossière ignorance et l'intérêt égoïste qui sont les caractéristiques dominantes de l'aspirant moyen). Et pourtant, malgré cette révélation, personne ne revient en arrière ni ne s'écarte des autres, ni ne faiblit sur la Route. La Route se poursuit dans le jour.

3. Sur la Route, on ne chemine pas seul. Il n'y a ni précipitation, ni hâte. Et cependant, il n'y a pas de temps à perdre. Le sachant, le Pèlerin presse le pas; il se trouve entouré de ses compagnons. Les uns accélèrent l'allure et il les suit. D'autres restent en arrière, il impose le rythme. Il ne voyage pas seul.

4. Le Pèlerin doit éviter trois choses: porter une cagoule, un voile qui dissimule sa face aux regards des autres; porter un pot d'eau contenant seulement ce qui lui est nécessaire; porter sur l'épaule un bâton non recourbé sur lequel on ne peut s'appuyer.

5. Chaque Pèlerin sur la Route doit emporter ce dont il a besoin : un vase contenant des braises, afin de réchauffer ses compagnons; une lampe, afin qu'elle jette ses rayons sur son coeur et qu'elle montre à ses compagnons la nature de sa vie cachée; une bourse contenant de l'or qu'il ne gaspille pas sur la Route, mais qu'il partage avec les autres; un vase scellé dans lequel il transporte toutes ses aspirations pour les déposer aux pieds de Celui qui attend et l'accueillera à la porte.

6. Le Pèlerin, cheminant sur la Route, doit garder l'oreille attentive, la main généreuse, la langue silencieuse, le coeur compatissant, la voix d'or, le pied rapide et l'oeil ouvert qui voit la lumière. Il sait qu'il ne voyage pas seul.

  PRATIQUE DE L’INNOCUITE

 Le chéla doit apprendre par coeur et mettre en pratique les trois règles suivantes, après avoir fait quelques progrès dans la pratique de l'innocuité.

Première règle.

Entre dans le coeur de ton frère et vois sa douleur. Ensuite, parle. Que tes paroles lui apportent la force puissante dont il a besoin pour délier ses chaînes. Mais ne les lui délie pas toi-même. Ton devoir est de lui parler avec compréhension. La force qu'il recevra l’aidera dans son travail.

Deuxième règle.

Entre dans le mental de ton frère et lis ses pensées, mais seulement si les tiennes sont pures. Ensuite, pense. Que les pensées ainsi créées entrent dans le mental de ton frère et se fondent avec les siennes. Demeure détaché, car nul n'a le droit d'influencer le mental d'un frère. Le seul droit est de lui faire dire : il m'aime, il veille, il connaît, il pense avec moi et j'ai la force de faire ce qui est juste ". Apprends ainsi à parler. Apprends ainsi à penser.

Troisième règle.

Fonds-toi avec l'âme de ton frère et connais-le tel qu'il est. Ce ne peut être fait que sur le plan de l'âme. Ailleurs, la fusion alimente le foyer de sa vie inférieure. Puis concentre-toi sur le Plan. Ainsi il verra le rôle que lui, toi et tous les hommes jouent. Ainsi il entrera dans la vie et saura que le travail est accompli.

Une note ajoutée à ces règles dit :

" Ces trois énergies, celles de la parole, de la pensée et du dessein, dirigées avec intelligence par le chéla et alliées aux forces qui s'éveillent chez le frère qu'il cherche à aider sont les trois énergies avec lesquelles travaillent tous les adeptes. "

Précédente Remonter Suivante

 

Pour toute information s'adresser à : info@girolle.org